Que choisir entre PASS et L.AS ? Les chiffres des admis en 2021-2022.

 

La réforme est entrée en vigueur depuis 2020. La rentrée 2022-2023 est la troisième entrée de la réforme. Une question récurrente pour les étudiants et les parents d’élèves est de savoir s’il vaut mieux passer par un parcours L.AS exclusif ou d’abord tenter l’accès santé en intégrant le PASS ou Parcours Accès Spécifique Santé.

Initialement prévue et décrite par l’université de Montpellier et ses représentants comme un parcours plus progressif, « plus doux » et plus aisé pour réaliser ses études de santé. Nous allons analyser spécifiquement la répartition des places entre PASS et L.AS pour 2021-2022, publiées par la fac.

Autant de places en PASS qu’en L.AS : qu’en est-il réellement ?

En préambule des résultats, il convient de revenir sur une information que l’on donne souvent dans les réunions d’information à l’université de médecine et de pharmacie à Montpellier et à Nîmes.

En théorie, d’après les textes de loi, le nombre de places ou numerus apertus pour les différentes filières de santé (et en particulier pour médecine et dentaire) se répartit à part égale entre le cursus PASS et le cursus L.AS. Pour faire simple, cela signifie que pour 100 étudiants en 2e année (de médecine par exemple), 50 vont venir de L.AS et 50 vont venir de PASS. Attention, cela reste théorique puisque dans la seconde partie de l’article vous sont donnés les chiffres réels pour 2021-2022.

Ce que les étudiants et parents d’élèves ne voient pas derrière ce chiffre, c’est que le PASS représente une année, tandis que la L.AS est comme son nom l’indique une licence et représente 3 années. En particulier, la répartition des 50 étudiants reçus par la L.AS est la suivante : 16 étudiants environ viennent de L.AS 1 (avec un accès santé par leur première année de licence), et 34 étudiants environ viennent de L.AS 2 (principalement) et L.AS 3 (à la marge).

Ainsi, il est au préalable plus intéressant pour son choix d’orientation en première année de comparer le PASS avec la L.AS1 :

  • 50 étudiants reçus par le PASS
  • 16 étudiants reçus par la L.AS1.

Ceci étant, ces chiffres représentent la théorie. Voyons ce qu’il en est en pratique en analysant les résultats sur l’année 2021-2022, à Montpellier et à Nîmes, entre PASS et L.AS.

Les chiffres d’étudiants admis par la filière L.AS : un constat édifiant

Comme en 2020-2021, le constat est qu’il y a, en L.AS, en 2021-2022 à Montpellier et à Nîmes plus de places que de candidats ayant validé l’accès santé. Cette tendance est vraie pour les étudiants ayant pris L.AS Sciences mais également, et de façon plus marquée, pour les étudiants ayant pris une L.AS Sciences Humaines.

Voici le tableau qui résume les étudiants pris dans chaque filière d’après les chiffres officiels donnés par la faculté :

répartition des étudiants reçues en PASS/L.AS à Montpellier en 2021-2022

Présentation du tableau et Interprétation de la répartition des étudiants reçus en PASS/L.AS 

Ce tableau présente la répartition des places attribuées dans chaque filière MMOP pour l’année 2021-2022, représentées par colonne : Médecine, Dentaire, Sage-femme et Pharmacie. La répartition des places pour Kiné fera l’objet d’un article spécifique, car Kiné est une filière à part dans ce système.

Ce tableau présente 5 lignes principales :

  • L.AS1 Sciences Humaines (SH), regroupant les places sur les cursus de première année de licence Accès Santé en Sciences humaines avec mineure MAT (Molécules Aux Tissus) : Droit, Économie, Psychologie.
  • L.AS1 Sciences, regroupant les places sur les cursus de première année de licence Accès Santé en Sciences avec mineure SPM (SHS, Physio, MAPS) : Sciences, STAPS, MIASHS et SVT.
  • L.AS2&3 Sciences humaines, regroupant les places sur les cursus des 2e et 3e année de licences Accès Santé en Sciences humaines.
  • L.AS2&3 Science, regroupant les cursus des 2e et 3e année de licences Accès Santé en Sciences.
  • PASS : Parcours Accès Spécifique Santé, regroupant les étudiants reçus par le PASS à Montpellier (site Pharmacie et Médecine) et à Nîmes.

Chaque cursus est divisé en 2 lignes :

  • La première représente le nombre d’étudiants réellement admis. Ces chiffres sont disponibles sur les liens présentés en fin d’article. Pour chaque filière MMOP, il y a un nombre de grands admissibles (GA) et un nombre d’étudiants admis après le second groupe d’épreuve (après l’oral).
  • La seconde ligne représente le nombre de places prévues en début d’année par la commission de l’université compétente.

Un code couleur a été ajouté pour faciliter la lecture du tableau relativement au nombre d’étudiants admis dans chaque filière :

  • Quand le chiffre est écrit en rouge, cela signifie qu’il y eu moins de places attribuées que ce qui était initialement prévu.
  • Quand le chiffre est écrit en violet, cela signifie qu’il y a eu plus de places attribuées que ce qui était initialement prévu.

En premier lieu, on constate ainsi que pour les L.AS1, il y a moins d’étudiants reçus que de places initialement prévues !

Par exemple, dans les L.AS1 SH (Sciences Humaines), il était prévu de donner 23 places en médecine pour les L.AS1 SH en début d’année, mais au terme de l’année, seulement 7 étudiant(e)s ont validé l’accès santé. Il y a donc plus de 3 fois moins d’étudiants reçus que de places à pourvoir !

On note le même constat pour les L.AS1 Sciences pour l’admissibilité en médecine : 15 étudiant(e)s reçu(e)s, pour 20 places prévues initialement.  Cette tendance est la même pour dentaire, sage-femme et pharmacie.

Aux vues de ce tableau, et pour parler orientation et stratégie, envisager une L.AS1 pour intégrer dentaire semble une mission presque impossible : aucun étudiant reçu par une L.AS1 Sciences Humaines, et seulement 3 étudiants reçus par les LAS1 Sciences. A mettre en comparaison avec les 33 places disponibles en PASS.

Les chiffres de réussite en L.AS pour sage-femme et pharmacie sont eux aussi très faibles. A la difficulté de la L.AS s’ajoute également un désintérêt pour ces deux filières de la part des étudiants, qui vont souvent préférer retenter une L.AS2 sur dentaire, médecine ou kiné.

Pourquoi de telles difficultés pour les L.AS1, en particulier pour les L.AS Sciences Humaines ?

La raison principale est relativement simple : le contenu gigantesque du programme à travailler ! En effet, pour valider sa L.AS en Sciences humaines, il faut valider son premier semestre en majeure (par exemple un premier semestre de droit ou de sciences économiques), mais également valider sa mineure santé.

Or la mineure santé en SH est particulièrement importante (cf. article « Tout savoir sur la L.AS) :  3 matières avec « MAT » : Molécules Aux Tissus, qui inclut de la biochimie, de l’ADN mais aussi de la cytologie et de l’histologie (soit une grande partie de l’UE1, UE2 et UE3 de PASS), la physio (UE4 de PASS) et MAPS (UE6 de PASS). Par ailleurs, ce programme de sciences est à réaliser par des étudiants qui n’ont pas forcément suivi en terminale des enseignements de spécialités scientifiques, et qui se retrouvent de fait en très grande difficulté sur ces matières scientifiques.

On peut aussi émettre une hypothèse qui serait liée au profil des étudiants allant en L.AS : peut-être moins motivés à en découdre, il leur a souvent été conseillé de passer par une L.AS qui prévoit, d’après la réforme, un cursus plus progressif que l’année de PASS. La réalité des chiffres est tout autre.

Au final, très peu d’étudiants arrivent à valider l’accès santé pour présenter leur candidature dans une des filières santé, car très peu d’étudiants arrivent à avoir la moyenne dans les UE de la majeure ET dans les UE de la mineure, condition pour tenter la candidature pour l’accès santé.

Pour les étudiants en LAS Sciences, le programme de la mineure à Montpellier et à Nîmes est moins dense que pour les étudiants ayant pris une mineure SH (sciences humaines). De plus, leur programme de la majeure scientifique est complémentaire du programme de la mineure. Cela permet de comprendre que les L.AS1 sciences réussissent tout de même un peu mieux que les L.AS Sciences humaines.

Ainsi, en L.AS1, ce sont 22 étudiants seulement qui ont validé leur accès santé sur 596 étudiants inscrits en L.AS1 à Montpellier et à Nîmes, soit 3,6 % de l’effectif dans cette filière !

Pour comparaison, en PASS, ce sont 191 étudiants reçus en médecine sur 1800 étudiants inscrits en PASS à Montpellier et à Nîmes, soit 10,6% des effectifs. Soit en proportion 3 fois plus de chance de réussite en PASS qu’en L.AS1.

On remarque à l’inverse qu’en PASS ou en L.AS2&3 Sciences, il y a plus d’étudiants reçus que le nombre de places prévues initialement (en violet dans le tableau). En fait, cela signifie que les places non attribuées en L.AS1 ont été redistribuées sur les PASS.

Ainsi, si on compare la L.AS et le PASS, en termes de places, avec les chiffres réels de 2021-2022 à Montpellier et Nîmes, on a pour médecine :

Total de places attribuées : 328 places.

  • PASS : 191 places (88 grands admissibles et 103 pris à l’oral ensuite) soit 58,2 % des places.
  • L.AS1 : 22 places (7 places en L.AS1 SH et 15 places en L.AS1 Sciences) soit 6,7 % des places.
  • L.AS2&3 : 114 places (28 places en L.AS2&3 SH et 86 places en L.AS2&3 Sciences) soit 34,7 % des places.

Il serait très intéressant de regarder la répartition des places en L.AS2 entre exPASS et exL.AS1 sur l’ensemble des filières. Sur la L.AS2 SVT, une grande majorité des places pour médecine ont été attribués à des exPASS par exemple.

Ainsi, pour reprendre ce qui a été dit plus haut, le parcours exclusif en L.AS représente 3 niveaux de difficultés qui se surajoutent :

  • Une L.AS1 très difficile en termes de volume cours, le très faible nombre d’étudiants validant leur accès santé en est la preuve. Ce parcours est particulièrement difficile pour les L.AS Sciences Humaines. Autre difficulté en L.AS1 : l’organisation à cheval sur deux facs : d’un coté la fac de la majeure, de l’autre la fac de médecine…
  • Une L.AS2 où ils se retrouvent en concurrence directe avec les PASS, qui ont acquis une méthode et une capacité de travail importante, et qui trustent une grande partie des places attribuées.
  • Pour ceux qui intègrent, une deuxième année (en particulier en médecine) difficile car les bases en santé se limitent à la mineure. Il serait intéressant de savoir combien de LAS n’ont pas validé leur deuxième année de médecine par exemple.

Ces chiffres nous montrent que le parcours en L.AS exclusif à Montpellier et Nîmes pour intégrer les filières Médecine, Odontologie, Sage-Femme et Pharmacie est bien plus sélectif qu’en PASS. Au sein du parcours L.AS, il faut également retenir que le cursus L.AS Sciences Humaines est une voie encore plus sélective.

Qui plus est, pour un étudiant envisageant la L.AS, l’important est de regarder les places qui ont été réellement pourvues et non le nombre de places proposées en début d’année dans chaque filière.

Dans cet article, ne sont pas analysés les chiffres pour les kinés qui représentent une filière à part :

  • Des places spécifiques sont réservées à l’UFR STAPS.
  • Il n’y a pas d’oral pour les kinés.

 

Sources pour les données :

  • Résultats d’admission définitifs pour les L.AS1 :

https://facmedecine.umontpellier.fr/2022/communication/las-2021-22-resultats-second-groupe/

  • Résultats d’admission définitifs pour les PASS :

https://facmedecine.umontpellier.fr/2022/communication/pass-2022-23-resultat-second-groupe/

  • Nombre de places en L.AS1 à Montpellier et à Nîmes :

https://facmedecine.umontpellier.fr/wp-content/uploads/2021/12/Capacites-Parcoursup-2022-23-LAS.pdf

  • Nombres de places et sous-vœux en PASS à Montpellier et à Nimes :

https://facmedecine.umontpellier.fr/wp-content/uploads/2021/12/Capacites-Parcoursup-2022-23-PASS.pdf

  • Places prévisionnelles : document annexe de l’université de Montpellier : groupe de parcours permettant d’accéder aux formations de médecine, de pharmacie, d’odontologie ou de maïeutique pour les candidats remplissant les conditions d’admission, pour les étudiants inscrits en 2021-2022.