Prépa médecine Montpellier Nîmes : questions - réponses

Voici quelques questions que nous posent régulièrement les étudiants mais aussi les parents d'élèves concernant la préparation du concours de première année de médecine à Montpellier et à Nîmes (ou concours PACES depuis la rentrée 2010).

N'hésitez pas à nous contacter directement sur notre mail si vous avez besoin d'informations supplémentaires.

Comment préparer l'année de PACES pour les étudiants de terminale scientifique ?

Les étudiants de terminale ainsi que leurs parents nous demandent souvent ce qu'il faut faire pour se préparer au mieux à l'entrée en PACES. La réponse est assez claire : il faut faire la meilleure terminale possible et se concentrer sur le programme du baccalauréat. Les statistiques réalisées chaque année par la faculté de médecine sont très « parlantes ». Parmi les étudiants qui ont le concours du premier coup, près de 50% ont des mentions très bien et plus de 35% ont une mention bien.

Avec un concours qui devient plus difficile, faire une très bonne terminale, en insistant sur les matières scientifiques, constitue la première des préparations.
Les objectifs sont multiples :

1- Consolider ses bases scientifiques car le programme de PACES est en continuité avec le programme du lycée.
2- Gagner en exigence et en volume de travail.
3- Gagner en maturité et en méthodologie.

C'est l'objectif du programme de Terminale Santé.

Pour les étudiants qui travaillent deja bien en terminale, et désireux d'approfondir leurs connaissances vers la PACES, nous avons mis en place le programme Terminale Santé Elite, avec des stages intensifs à Noel et à février.

Le choix de la spécialité en terminale S (Spé Maths, Physique ou SVT) est-il important pour l'entrée en PACES ?

Rassurez vous, le choix de la spécialité importe peu. Certains enseignants conseillent la physique ou SVT. Cela ne change rien, le plus important (et de loin) étant de faire une très bonne année de terminale. Choisir la spé Maths peut être une option intéressante car elle permet de développer des capacités de compréhension nécessaires à tout apprentissage. Les étudiants qui ont un bon niveau en mathématiques réussissent souvent bien en PACES (à condition de fournir un volume de travail important!).

Est-ce utile de faire une année "préalable" en classe préparatoire ou en faculté de sciences avant la PACES ?

Nous voyons chaque année des étudiants faire une année préalable (en classe prépa - BCPST, PCSI... ou en faculté). Cette année leur permet de gagner en maturité mais ne leur donne pas nécessairement les bonnes bases et le rythme de travail de la PACES. Pour répondre à la demande de ces étudiants de plus en plus nombreux, et face à un concours qui laisse moins de chance aux primants, nous proposons désormais de réaliser cette année préalable au sein de notre structure : l'année S'P0. Ils pourront ainsi assimiler les méthodes de travail adéquates et travailler, à un ryhtme adapté, les cours clés du programme de la PACES.
Pour plus d'infos, consultez la page consacrée.

Quels sont les changements induits à Montpellier et Nîmes par la réforme des études médicales ?

Les concours de première année de médecine, pharmacie, sage-femme et dentaire vont être regroupés sous l'appellation PACES. En terme de contenu, concernant la préparation du concours de 1ère année de médecine, la physiologie n'est plus au programme tandis que les mathématiques font leur apparition.

Le principal changement est le calendrier notamment au cours du premier semestre. Ce calendrier se calque sur le concours de pharmacie. Le rythme est soutenu : les cours vont commencer début septembre pour se finir à la fin du mois de novembre. Le concours intermédiaire a lieu pour les 4 filières mi-décembre. Cela implique pour les étudiants une mise en route immédiate, pour ne pas prendre de retard et être capable d'assimiler l'ensemble de ce premier semestre (s1) relativement chargé. Le stage de prérentrée a donc encore plus d'importance et commence mi-Août.

Quels sont les atouts de notre prépa pour le concours de médecine Montpellier Nîmes ?

Notre équipe est composée d'enseignants qualifiés qui, pour la plupart, ont passée récemment ce concours de première année de médecine. Nous sommes les seuls à posséder cette double compétence. En termes de préparation, nous proposons ce que nous aurions aimé avoir quand nous avons passé ce concours :

  • Une méthode de travail : le stage de prérentrée et chaque cours en début de semestre débute par une séance de méthodologie spécifique à la matière : présentation de la matière, comment l'aborder, ses difficultés et les pièges à éviter, le volume de travail et le temps à y consacrer avec un planning adapté...
  • Des cours de qualité permettant d'expliquer et compléter les cours de la fac.
  • Un emploi du temps à la prépa conçu pour ne pas empiéter sur celui de la fac et permettant de faire gagner du temps aux étudiants.
  • Un suivi personnalisé de chaque étudiant. Ce suivi commence avant l'inscription par un entretien individuel, l'objectif étant de conseiller au mieux l'étudiant en lui faisant bénéficier de notre expérience. Ce suivi se prolonge tout au long de la préparation car nous savons que c'est une des clés de la réussite aux concours de médecine et pharmacie.
  • Des contrôles et concours blancs réguliers afin de permettre aux étudiants de s'étalonner et juger de l'efficacité de leur travail.

Quels sont les principaux atouts pour réussir la PACES ?

Trois qualités sont essentielles pour pouvoir affronter et préparer sereinement le concours de première année de médecine / pharmacie :

  • Le niveau de base : la maîtrise des programmes scientifiques du lycée est fondamentale. Cette année, les mathématiques font leur entrée dans le concours de médecine, dentaire et sage femme alors que cette matière est déjà au programme du concours de pharmacie.
  • La motivation, sans laquelle il n'est pas possible de tenir tout une année scolaire au rythme imposé.
  • La maturité pour rester concentré sur son travail et sa performance, pour travailler sereinement sans se laisser déstabiliser par les rumeurs et « on dit » qui circulent dans l'amphi.

Nous insistons au cours de notre entretien sur l'importance de ces 3 qualités.

Le fait de suivre notre préparation laisse-t-il suffisamment de temps pour travailler chez soi ?

Ayant passé ce concours, nous savons qu'il est crucial de réserver une grande partie de son temps au travail personnel. Notre préparation, complète sur l'ensemble du programme, intègre cette donnée. Nos séances sont programmées pour ne pas interférer avec les cours magistraux auxquels il est indispensable d'assister.

Par exemple, un étudiant suivant l'ensemble de nos cours (4 pour le premier semestre S1) viendra à la prépa en moyenne 3 fois par semaine pendant 2h à 2h30, en plus des 4 heures de cours quotidiens à la fac. En suivant notre méthode de travail et les plannings proposés, cela lui permettra d'avoir suffisamment de temps, la semaine et le week-end, à consacrer au travail personnel (apprentissage du cours, préparation des séances à la prépa, révision).

Dois-je limiter mon temps de sommeil afin de travailler plus ?

Le sommeil est un des éléments clés dans le processus de mémorisation. Il est fondamental de respecter ses heures de sommeil et d'avoir de manière générale une hygiène de vie irréprochable (en intégrant un ou deux moments de détente dans la semaine) pour garder le rythme tout au long de l'année.

Y a-t-il des matières plus importantes que d'autres ? Si oui, lesquelles ?

Il y a deux critères pour juger de l'importance d'une matière :

  • Son coefficient au concours par rapport aux autres matières : une matière comme l'anatomie s'avère prépondérante car elle représente beaucoup de points comparativement à d'autres matières. Mais ce critère seul ne suffit pas pour autant.
  • Son écart type : une matière comme les Sciences Humaines et Sociales est très discriminante : l'écart type des notes est très grand. Avoir une bonne note dans cette matière fait prendre une avance considérable qu'il sera difficile de perdre sur des matières où tout le monde a des bonnes notes. De plus, cette matière représente un fort coefficient, c'est pour cela que nous la classons parmi les matières discriminantes du concours.

Y-a-t-il des livres ou des supports de cours à acheter avant de commencer la PACES ?

La préparation du concours à la faculté de Montpellier et Nîmes, quoi que respectant le programme d'enseignement national, est spécifique de l'académie. Ceci signifie que les cours enseignés sont professeurs dépendants. Aucun livre, sauf quand il est écrit par l'enseignant lui-même, ne couvre exactement le cours fait en amphi. Il n'est donc pas recommandé d'acheter des livres avant de commencer l'année.

Quelle est l'ambiance en amphi en 1ère année ?

Beaucoup de futurs primants sont inquiets de tout ce qu'ils ont pu entendre sur l'ambiance pendant les cours. Même si l'amphi est parfois bruyant, même si avions et boulettes en papier sont fréquemment lancés, il est tout à fait possible pour un élève concentré de suivre le cours. Nous étions personnellement plutôt contents de voir les doublants perdre leur temps à s'époumoner en cours plutôt que de travailler sereinement chez eux, comme ils auraient pu le faire : crier en amphi n'est pas très efficace pour préparer le concours...

Il n'est pas non plus obligatoire d'arriver 45 minutes à l'avance pour réserver des places en amphi (comme nous avons pu le voir à Montpellier notamment).

Dans tous les cas, il est primordial d'assister aux cours (sauf indication, au cas par cas).

Est-il important de prendre une prépa médecine pour avoir son concours de 1ère année à Montpellier Nîmes ?

Il y a des étudiants qui réussissent sans. Ils sont cependant peu nombreux à pouvoir s'en vanter. C'est surtout dans les matières scientifiques où une bonne préparation peut s'avérer le plus utile. La compréhension étant à la base de l'apprentissage de ces matières, des explications claires et fiables sont nécessaires pour bien structurer son apprentissage et ne pas perdre de temps.

Par ailleurs, une prépa pour le concours permet à l'étudiant de s'étalonner et de s'évaluer régulièrement, et donc de rectifier le tir (méthode de travail, volume de travail, organisation, etc.) si les notes des examens intermédiaires ne sont pas à la hauteur de ses attentes.