La reforme de la PACES

Mise à jour : 16 novembre 2018

Cette page vise à tenir informés les étudiants sur la réforme des études médicales, qui doit se mettre en place pour la rentrée 2020.

Depuis l'annonce de la réforme des études médicales, en septembre 2018, des discussions ont été engagées entre les différents acteurs. Ces discussions devraient déboucher sur un projet de loi attendu pour le début de l'année 2019.

Les deux objectifs principaux de la réforme sont 1-de diversifier les profils des étudiants entrant dans le cursus, et 2-de tenter d'offrir des débouchés aux étudiants qui échoueraient à rentrer dans la filière médicale de leur choix. Ceci étant, la filière restera sélective, et le nombre d'étudiants par promotion ne devrait pas significativement augmenté par rapport a ce qui fait actuellement, en particulier en médecine. La capacité de formation ne permet pas actuellement d'accueillir beaucoup plus d'étudiants.

Le projet qui est à l'étude actuellement, prévoit deux filières d'accès pour les 2e année (ou P2) de médecine, dentaire, sage-femme et pharmacie :

  • Une voie principale : une licence santé serait créée et déboucherait sur un master santé. Ce master santé devrait pouvoir donner accès à des professions liées à la santé : paramédicales, ingénieurie de la santé ou des professions nouvelles (en cours de réflexion).Le programme de cette licence reprendrait majoritairement ce qui se fait en PACES, avec un enseignement plus étalé sur 18 mois ou 2 ans. Les étudiants ayant les meilleurs résultats en L1 pourront passer en P2. Les étudiants de L2 pourraient aussi accéder à la P2. Enfin, une proportion moindre d'étudiants de L3 pourraient avoir accès a la L3. Cela correspondrait à la structure primant / doublant / triplant actuelle par la PACES.
  • Une voie secondaire : la possibilité d'intégrer la P2 avec une licence autre. Cela correspondrait a ce qui se passe actuellement sur les passerelles (qui existent déjà), et qui permettent à des étudiants à niveau master ou doctorat d'intégrer la 2e ou 3e année des études de médecine ou dentaire. Les modalités de sélection de ces étudiants restent à déterminer. La sélection sur dossier d'abord, puis avec un oral (comme elle se fait actuellement) pourrait être maintenue.

Il est possible de résumer ce projet de réforme par le diagramme suivant :

Ainsi, si ce projet voit le jour, il faut bien garder à l'esprit que les filières de santé n'en seront pas moins sélectives. La nécessité d'aborder le passage dans le supérieure avec de la maturité et des bases solides du lycée n'en sera que plus grande.